IUCN Guidelines for Connectivity - French Cover

Following release of the first-ever IUCN ‘Guidelines for Conserving Connectivity through Ecological Networks and Corridors’ in July 2020, the Center for Large Landscape Conservation today announces publication of the official French translation of this groundbreaking document. The Center’s global leadership contributed to the creation of the guidelines, a milestone achievement for the protection of the Earth’s ecological connectivity—the unimpeded movement of species and the flow of natural processes that sustain life.

The guidelines are the culmination of over two decades of effort by IUCN (International Union for the Conservation of Nature), and the result of contributions from more than 100 experts in 30 countries to provide guidance for planning and managing ecological connectivity worldwide. As the Secretariat for the IUCN WCPA Connectivity Conservation Specialist Group (CCSG), which led this effort, the Center supported the development of the guidelines and related case studies.

For more information contact Aaron Laur, International Connectivity Program Manager, at aaronlaur@largelandscapes.org

The following text provides specific details in the French language about the scope and objectives of the Guidelines, including the opportunity to register for a live, public presentation of the publication on Wednesday, 10 February at 1PM EST.

Lancement en français du guide mondial de l’UICN sur l’importance des corridors écologiques

Lignes directrices sur la conservation des corridors écologiques ̶ passages terrestres ou aquatiques reliant des milieux naturels entre eux ̶ afin de renforcer les aires protégées, maintenir la biodiversité et accroître la résilience aux changements climatiques

Il y a un fort consensus scientifique que la connectivité des systèmes naturels devrait être une priorité mondiale face aux changements climatiques et la crise de la perte de biodiversité. Aujourd’hui, le Groupe de spécialistes de la conservation de la connectivité annonce la publication de la version française des lignes directrices mondiales pour la conservation de la connectivité écologique de la nature. Joignez-vous à nous le 10 février à 13h EST pour la présentation des lignes directrices mondiales pour la conservation de la connectivité écologique. Enregistrez-vous pour y participer.

Les lignes directrices constituent une contribution majeure du Groupe de spécialistes de la conservation de la connectivité, qui relève de la Commission mondiale des aires protégées de l’UICN. L’élaboration de ce document de référence a commencé en 2003. Depuis, plus de 100 experts de 30 pays ont contribué à l’élaboration de ce guide novateur destiné aux communautés, aux gestionnaires, aux décideurs politiques et aux praticiens du monde entier et inclus 25 études de cas. Ces lignes directrices ont pour objectif premier de faire connaître les principaux outils permettant de conserver les liens physiques entre les milieux naturels pour former de grands réseaux écologiques interconnectés.

« La protection de la biodiversité est essentielle pour une planète saine. Bien que les aires protégées (incluant les rivières) soient la pierre angulaire de la conservation, la connectivité entre elles est aussi nécessaire. Pour la première fois on a un document pratique qui informe sur les stratégies concrètes pour la connectivité à toutes les échelles soit la planification des villes, régions, pays ou réseaux internationaux. »
-Harvey Locke, co-auteur, président du groupe de travail Au-delà des objectifs d’Aichi de la CMAP de l’UICN et co-fondateur et conseiller stratégique pour l’initiative de conservation Yellowstone to Yukon.

Les lignes directrices se veulent une ressource de premier plan pour orienter les solutions de conservation avec les aires protégées et les autres mesures de conservation efficace. Les milieux terrestres et aquatiques interconnectés assurent des services écosystémiques essentiels à la santé et au bien-être humains, notamment la migration des espèces sauvages, les régimes hydrologiques, le cycle des nutriments, la pollinisation, la dispersion des semences, la sécurité alimentaire, la résilience climatique et la résistance aux maladies. La « connectivité écologique », définie comme « …le mouvement sans entrave des espèces et le flux des processus naturels qui entretiennent la vie sur Terre1 », est essentielle à la santé des écosystèmes, notamment dans la lutte contre la perte de biodiversité et les changements climatiques.

« Dans un contexte de crise de la biodiversité et crise climatique, l’action collective devient impérative pour un aménagement du territoire qui valorise la conservation de milieux naturels et la connectivité écologique. Les lignes directrices faciliteront la mobilisation des acteurs clés qui ont un pouvoir d’agir sur la conservation de corridors écologiques. »
-Kateri Monticone, Chef Développement science et planification de la conservation, Conservation de la nature Canada – Région du Québec

Les lignes directrices s’inspirent de toute la gamme des efforts de conservation de la connectivité déjà en cours aux échelles locale, nationale et transfrontalière. En voici quelques exemples :

  • On compte plus de 130 grandes initiatives de conservation des paysages terrestres et marins en cours à travers le monde;
  • Le grand corridor Yellowstone to Yukon qui depuis 25 ans avance l’idée de la lier les grands parcs nationaux dans les Rocheuses Canadienne et Américaine;
  • L’Initiative Corridors écologiques rassemble plus de 100 experts et parties prenantes qui travaillent de concert afin d’engager la population et les acteurs clés en aménagement du territoire dans la consolidation de réseaux de milieux naturels connectés dans le sud du Québec.
  • Le Bhoutan, le Costa Rica, la Croatie, l’Inde, le Kenya, la Malaisie et les Pays-Bas mettent en place de mesures nationales pour protéger les valeurs en matière de connectivité;
  • La Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage affirme dans la Déclaration de Gandhinagar son engagement à maintenir et à restaurer la connectivité écologique comme l’une des principales priorités dans la conservation des espèces migratrices et de leurs habitats.

Voici quelques messages clés des lignes directrices :

  • La science démontre clairement que les aires protégées et les autres mesures de conservation efficaces par zone, lorsqu’elles bénéficient d’une connectivité, sont bien plus efficaces que les zones isolées dans les milieux anthropisés, surtout face aux changements climatiques.
  • Même s’il est bien établi que la connectivité écologique est essentielle à la conservation de la biodiversité, les approches visant à recenser, à conserver et à améliorer la connectivité écologique demeurent disparates et incohérentes. Sur chaque continent, les gouvernements nationaux régionaux et locaux adoptent différentes mesures législatives et politiques en matière de corridors écologiques comme moyen d’améliorer la connectivité.
  • Il est impérieux que les pays du monde entier s’orientent vers une approche globale et cohérente de la conservation de la connectivité écologique, et qu’ils entreprennent de mesurer et de contrôler l’efficacité des efforts déployés en ce sens pour ainsi établir des réseaux écologiques fonctionnels.
  • Les présentes lignes directrices présentent les corridors écologiques comme des moyens de recenser, de préserver, d’améliorer et de restaurer la connectivité; synthétisent un volume important de données scientifiques connexes; et formulent des recommandations concernant les moyens d’officialiser les corridors et les réseaux écologiques.

« La conservation de la connectivité est une réponse audacieuse et efficace à une variété de menaces à la biodiversité. Il s’agit d’une approche stratégique qui aide à connecter les habitats du paysage pour permettre aux espèces et aux écosystèmes de perdurer. La mise en place d’initiatives de conservation de la connectivité est une gestion complexe, mais elle a le potentiel de générer des efforts décisifs pour la conservation de la biodiversité, la planification environnementale des territoires, et de devenir un instrument d’intégration locale, nationale et régionale. La mise en place d’espaces de connectivité cherche également à promouvoir la production de biens et services environnementaux qui améliorent les conditions socio-économiques des populations locales impliquées. Pour la première fois, un guide pratique richement illustré de nombreux exemples nous guide clairement sur ce sujet. »
– Olivier Chassot, Vice-président adjoint et leader pour l’Amérique Centrale, Groupe spécialiste de la conservation de la connectivité / Candidat à la présidence de la CMAP de l’UICN. 

Publié par : Groupe de spécialistes de la conservation de la connectivité de la Commission mondiale des aires protégées de l’UICN, Center for Large Landscape Conservation, Yellowstone to Yukon Conservation Initiative, et Groupe de travail Au-delà des objectifs d’Aichi de la Commission mondiale des aires protégées de l’UICN

Les lignes directrices sont accessibles en ligne dans la bibliothèque de l’UICN: https://doi.org/10.2305/IUCN.CH.2020.PAG.30.fr

Contacts

Pour s’enregistrer au lancement en direct le 10 février ou pour plus d’informations sur le projet Corridors écologiques au Québec :

Elizabeth Sbaglia
Conservation de la nature Canada
Directrice des communications 
Tél. : 514 876-1606, poste 6240
elizabeth.sbaglia@conservationdelanature.ca

Pour plus d’information sur Les Lignes directrices

Marie-Eve Marchand
Groupe de travail Au-delà des objectifs d’Aichi, UICN CMAP
Directrice des opérations et stratégies
Tél. 403 760-1223
mem@hlconservation.com

Pour plus d’information sur Groupe spécialiste de la conservation de la connectivité, contactez le secrétariat (en anglais seulement): Gary Tabor, président et Aaron Laur, directeur.


1 https://www.cms.int/sites/default/files/document/cms_cop13_res.12.26_rev.cop13_e.pdf